La  Philosophie

On dit habituellement que tous les enseignements du Bouddha visent l’atteinte de l’éveil par la pratique de deux sortes de méditations : la méditation de concentration et la méditation analytique. La première vise l’atteinte du calme mental (samatha), tandis que l'autre procure la vision pénétrante (vipassana).

Notre monde actuel a vu naître le bouddhisme il y a environ 2550 ans. En effet, c'est à ce moment qu'apparut le Bouddha Shakyamuni, venu enseigner en la terre sacrée de l'Inde. Dans son immense bonté, il sut partager avec les êtres, en toute impartialité, les enseignements des trois corbeilles (vinaya, soutra et abhidharma). Ces instructions permettent respectivement la pratique des trois entraînements supérieurs que sont l'éthique, la concentration et la sagesse. Par ses nombreux enseignements, le Bouddha sut s'adapter aux besoins, motivations et capacités de chacun de ses disciples. 

Ces enseignements furent transmis à Maitreya et Manjoushri, puis respectivement à Asanga et Nagarjouna, qui eux-mêmes les transmirent aux deux lamas érudits, Serlingpa (Suvarnadvipi-Dharmakirti des Îles Dorées) et Rikpékouyouk (Vidyakokila l'Aîné). Ces deux lignées d'enseignement, nommées respectivement de la vaste pratique et de la vue profonde, furent par la suite réunies en la personne du maître indien Atisha Dipamkara. Ce dernier les transmis au Tibet de manière splendide durant les 17 dernières années de sa vie, sachant les adapter au peuple tibétain afin de faciliter leur compréhension. Il les transmit à son principal fils spirituel Dromtonpa. Ces enseignements furent ensuite gardés intacts par une lignée ininterrompues de maîtres comme le Dalaï-Lama jusqu'au pionnier Lama Tsongkhapa, fondateur d'une excellente tradition présentant les instructions sur le calme mentale et la vision pénétrante encore très vivante à notre époque.

Il est approprié et bien entendu permis aux personnes dotées d’intelligence et de sagesse, aux scientifiques, aux philosophes, etc., de questionner cette philosophie en usant d’un raisonnement excellent. En effet, elle consiste en une méthode pour trouver la paix de l’esprit par l’usage d’un raisonnement logique en accord avec la réalité.

On dit habituellement que tous les enseignements du Bouddha visent l’atteinte de l’éveil par la pratique de deux sortes de méditations : la méditation de concentration et la méditation analytique. La première vise l’atteinte du calme mental (samatha), tandis que l'autre procure la vision pénétrante (vipassana).

On appelle calme mental l’état d’esprit qui se pacifie en demeurant concentré en un point intérieurement. Après l’avoir obtenu, il est possible de faire naître la vision pénétrante : une sagesse discriminant chacun des phénomènes, conjuguée à la félicité de la souplesse méditative induite par le pouvoir de l’analyse.

Le calme mental est donc l’arrêt temporaire des perturbations mentales de l’esprit. En calmant l’esprit, celui-ci devient clair. Cela permet une profonde analyse, par la vision pénétrante, qui pourra éliminer définitivement la racine même de ces perturbations.

 

En conclusion, pour reprendre les termes souvent utilisés par Sa Sainteté le Dalaï-Lama dans de nombreux discours partout dans le monde:

"Toutes les religions peuvent être d'un apport bénéfique à l'humanité. Toutes, elles sont conçues pour donner plus de bonheur aux individus, et pour rendre le monde meilleur. Cependant, pour que la religion ait plus d'impact sur le monde, je crois important que chaque individu suive sincèrement les enseignements de sa religion, quelle qu'elle soit. Quel que soit l'endroit où l'on vit, il faut intégrer ces enseignements dans sa vie personnelle, pour y puiser une force intérieure. Et il faut acquérir une connaissance approfondie des idées qui font une religion, pas seulement au niveau intellectuel, mais en les ressentant intensément, pour qu'elles fassent partie de l'expérience intérieure."

Il est possible de cultiver un profond respect pour toutes les traditions religieuses. Elles peuvent toutes fournir un cadre éthique susceptible de déterminer notre comportement et d'exercer des effets positifs. Ainsi, dans la tradition chrétienne, croire en Dieu peut apporter un cadre éthique cohérent et clairement défini à même de déterminer un comportement et un mode de vie favorable.

Cette approche pourra avoir beaucoup de force parce que le croyant sentira une intimité, une proximité, une relation avec Dieu. Or, un des moyens de montrer son amour à son Dieu, c'est de faire preuve d'amour et de compassion envers nos semblables.

Il est essentiel de développer des liens plus étroits entre les différentes religions. C'est là un effort collectif que nous pouvons faire pour le bien de l'humanité. Il y a tant de choses qui nous divisent, tant de problèmes dans le monde! La religion devrait servir de remède pour aider à résorber les conflits et les souffrances, au lieu d'être une source de conflit supplémentaire. Les religions n'auront pas le choix de s'ouvrir et de s'unir afin de démontrer leur réelle volonté d'en arriver à un monde meilleur.

Guéshé Lobsang Samten

Centre Paramita de Paris

75013 Paris

Email : 

Tél : 

© 2014 Centre Paramita