Respect de la Loi du Karma

« Comme les ombres des oiseaux volant dans le ciel qui s’attachent à leur course, les êtres vivants sont flanqués du mal et du bien qu’ils ont fait. » Bouddha

His Holiness the Dalai Lama greeting a member of the Muslim community on his arrival at the Thiksey Mosque in Thiksey, Ladakh, J&K, India on August 11, 2016. Photo/Tenzin Choejor/OHHDL www.dalailama.com

* Hinayana

La cause et l'effet

 

En mesurant tout le bénéfice des attitudes positives, on se sent poussé à les nourrir et à en augmenter le nombre. Même si la tâche peut nous paraître difficile, une espèce de volonté spontanée qui émane de l'intérieur nous y conduit. Ce processus d'apprentissage et d'analyse raffermit peu à peu la détermination au changement.

 

À ce stade, le secret du bonheur est entre nos mains. Ce qui amène Lama Samten a parler brièvement du principe de causalité : "Si l'on désire le bonheur, on doit en rechercher les causes, et si l'on ne désire pas souffrir, il faut savoir s'écarter des sources de souffrances. Ce principe de causalité est de la première importance".

 

Il s'agit de passer en revue les états mentaux que nous connaissons pour les classer en fonction d'un seul et unique critère: mènent-ils ou non au bonheur? Dans ses enseignements, Lama Samten donne en exemple la jalousie et la colère. Il est clair que ces dispositions d'esprit détruisent le socle mental du bonheur. Il suffit, en effet, de nourrir de l'aversion ou de la rancune pour quelqu'un, ou d'être rempli de colère pour que tous nous paraissent hostiles. La place est alors laissée à la peur, à l'inhibition, à l'insécurité et au repli sur soi. C'est la haine qui alimente ces émotions. Au contraire, la gentillesse et la compassion sont salutaires.

 

Lama Samten ajoute: "Si la compassion, la gentillesse et l'affection vous animent, vous communiquerez bien plus facilement avec les autres. La chaleur humaine permet l'ouverture. C'est alors que l'on découvre que tous les êtres humains sont comme nous, tout simplement". Cette compréhension permet d'être dans des dispositions plus amicales et rend plus facile l'instauration de relations agréables avec les autres. Obtenir le bonheur dépend de ce que nous développons à l'intérieur de nous, et un tel changement ne peut se réaliser que lentement. C'est donc une démarche dont la réalisation peut nous sembler longue, mais c'est cette transformation graduelle qui fera de nous des gens heureux.

 

Ce processus d'apprentissage qui tend vers les actions positives portera ses fruits. Il suffit de regrouper les conditions propices à son développement, comme on le fait, par exemple, pour celui d'un pommier: avec de l'attention, de la patience, de la persévérance, des connaissances en horticulture et de l'amour, on pourra plus tard se régaler de belles pommes juteuses et éclatantes de santé! Le pommier, grâce à nos soins, sera fort et droit, et produira des fruits succulents, même s'il n'était au départ qu'une graine que nous tenions dans le creux de notre main.

Notre avenir est aussi quelque chose que nous tenons entre nos mains, et il dépend des gestes que nous posons maintenant. 

 

Selon que ceux-ci soient bons ou mauvais, nous récolterons ce que nous aurons semé. Nos bonnes ou mauvaises actions influenceront notre aptitude à être heureux dans l'avenir. À prime abord, cela semble raisonnable. Il est facile d'associer tel comportement, bon ou mauvais, avec des dispositions intérieures ayant comme résultat la paix ou les difficultés. Mais en plus d'avoir des répercussions dans la vie présente, ces actions auront des effets dans l'état intermédiaire qui suit la mort et dans la prochaine vie à venir. Tout cela s'inscrivant dans le cycle du " samsara ".

 

Les 10 actions non vertueuses

 

Le Bouddha a enseigné les 10 actions non-vertueuses pour tracer un schéma concis des actions que nous devrions éviter pour accéder naturellement au bonheur.  On dit que se restreindre de ces actions avec la compréhension claire qu'elles sont tout à fait nuisibles permet l'accumulation d'un karma positif, générateur de bonheur.  On les divise selon les 3 portes d'action, c'est-à-dire le corps, la parole et l'esprit.

 

Trois en relation avec le corps

 

  • Tuer : enlever la vie à un être vivant, même celle d'un animal ou d'un insecte.

  • Voler : prendre quelque chose à autrui sans son consentement, même de peu de valeur,  directement ou indirectement.

  • L'inconduite sexuelle : l'utilisation de la force, de la violence, l'adultère ou l'atteinte aux enfants.

 

Quatre en relation avec la parole

 

  • Mentir: tromper les autres par la parole ou par le geste. Une exception cependant: le mensonge pour sauver la vie.

  • Médire: chercher à nuire à quelqu'un en colportant ou en inventant des propos ou des faits.

  • Employer des mots blessants: injurier, utiliser des noms d'animaux pour désigner quelqu'un.

  • Converser inutilement: perdre du temps en bavardage, temps que l'on pourrait utiliser pour aider les autres.

 

Trois en relation avec l'esprit

 

  • La convoitise: du simple désir de posséder quelque chose qui appartient à autrui, à l'élaboration de plans afin d'obtenir l'objet convoité.

  • La malveillance: souhaiter du mal, vouloir nuire à quelqu'un d'autre par un moyen quelconque.

  • Les vues erronées: soutenir ce qui n'est pas ou nier ce qui est vrai, comme affirmer la non-existence de la Loi de cause à effet.

 

Guéshé Lobsang Samten

 

Réflexion méditative de Sa Sainteté le Dalai-Lama et plus d'information à ce lien.

 

En considérant que :

 

1. Les plaisirs, petits ou grands, résultent d’actes vertueux. Les souffrances bénignes ou violentes découlent d’actes négatifs.

 

2. Fussent-ils anodins, les actes ont d’énormes effets.

 

3. Les trois actes négatifs du corps sont tuer, voler, avoir un comportement sexuel déréglé ; les quatre actes négatifs de la parole sont mentir, calomnier, proférer des paroles blessantes et se complaire dans le bavardage inutile ; les trois actes négatifs de l’esprit sont la convoitise, la malveillance et les vues erronés.

 

4. Parmi les trois actes corporels non vertueux, tuer est plus grave que voler, qui, à son tour, laisse une empreinte plus intense qu’un comportement sexuel déréglé. Parmi les quatre actes négatifs de la parole, mentir est plus grave que calomnier, qui, à son tour, laisse une empreinte plus intense que la profération de paroles blessantes, bien plus défavorables que le bavardage. Quant aux trois actes négatifs de l’esprit, les vues erronées sont plus graves que la malveillance, qui laisse une empreinte plus intense que la convoitise. Un ordre similaire classe aussi l’influence positive des dix actes vertueux contraires, depuis l’abstention de tuer, et ainsi de suite.

 

5. D’autres facteurs interviennent sur la tonalité des actes vertueux ou non vertueux : l’intensité de la motivation, l’accoutumance, si l’acte est nuisible ou bénéfique à des individus ou à un groupe de gens, et la volonté d’agir vertueusement au cours de sa vie.

 

6. La tonalité des actes dépend de la manière dont ils ont été déterminés.

 

7. Les résultats des actes ont quatre aspects : le fruit ou maturation, qui affecte une renaissance jusqu’à sa fin, le résulta conforme à sa cause par la compréhension, le résultat conforme au pouvoir qui conditionne la personnalité, le résultat conforme au pouvoir qui conditionne l’environnement externe.

 

8. Une heureuse transmigration sous forme humaine est le résultat d’une maturation d’un karma vertueux. Une mauvaise transmigration sous forme animale, un fantôme famélique ou un être des enfers est le fruit d’un karma négatif. Attendus que les karmas, agrégats d’éléments qui donnent à la vie son statut particulier, sont soit vertueux, soit non vertueux.

 

9. Le karma à la tonalité la plus intense vient à maturation en premier, puis les empreintes karmiques élaborées au moment de la mort, et ensuite les forces omniprésentes conditionnantes du karma, suivies des formations les plus récentes.

 

10. Les empreintes karmiques négatives entament leur maturation dès cette vie, surtout si les actes ont été accomplis avec un attachement exagéré au corps, aux biens et à la vie ; avec malveillance envers autrui ; avec aversion pour les personnes qui vous ont aidé, négligeant en retour la moindre bonté envers eux ; avec un grand ressentiment contre les sources du refuge, contre Bouddha, les enseignements et la communauté spirituelle. Les actes vertueux suivent un processus comparable et mûrissent dès cette vie, s’ils ont été accomplis, en s’abstenant de s’attacher trop au corps, aux biens et à la vie ; avec une profonde compassion et bienveillance ; avec le profond souhait d’offrir en retour l’aide qu’on vous a offerte ; avec foi et confiance. Autrement, les effets karmiques ne seront éprouvés qu’au cours de la prochaine vie ou encore plus tard.

 

11. La force d’actes vertueux est affaiblit par la colère.

 

12. Le résultat d’un karma non vertueux peut s’accomplir, à moins qu’il soit contrecarré par les quatre forces : le remords sincères pour l’acte accompli, l’engagement dans des actions vertueuses dans le dessein de neutraliser l’impact négatif, la résolution de ne plus recommencer dans le futur, et établir les fondements du refuge et de l’intention altruiste de devenir éveillé.

 

L’impact

 

En résumé, réfléchissez à maintes reprises sur :

 

- l’impermanence,

 

- la certitude de la mort et son imminence,

 

- l’avantage de vos futures vies,

 

- et le pouvoir du karma.

 

En insistant particulièrement sur le présent, la prise de conscience évoluera sur le long terme. Ces attitudes mentales conforteront votre point de vue, vous avez accompli la formation du premier niveau initial de la pratique et êtes prêts à accéder au prochain niveau.

 

* Niveau Initial

Centre Paramita de Paris

75013 Paris

Email : 

Tél : 

© 2014 Centre Paramita